Laurence Nerbonne : La vie en canevas

J’ai découvert le travail de Laurence en début d’année (mieux vaut tard de jamais). Ses tableaux m’ont de suite marqués pour plusieurs raisons, mais principalement parce que j’ai trouvé en eux une beauté gorgée d’émotions et un grand sens du vrai et de l’authentique.

Pas de biographie statique pour vous présenter l’artiste, mais plutôt une prise de vue virtuelle au travers de ses dires et de ses œuvres en photos.

    

Entrevue LAURENCE NERBONNE

♦ Ton premier tableau?

J’avais 16 ans et j’essayais de me débrouiller avec l’acrylique. J’avais peins un jeune garçon la tête appuyée sur ses genoux. C’était vraiment mal réussi. Je me souviens surtout que quelques jours après, je voyais déjà ce qui ne fonctionnait pas dans le tableau ; j’en ai toute suite fait un autre.

♦ Celui ou ceux qui t’habitent à chaque instant ?

Mon dernier tableau. J’ai vraiment l’impression, qu’une fois achevés, les tableaux ne m’appartiennent déjà plus. Lorsque je travaille avec un modèle, je dois me laisser habiter totalement par ce dernier ; je dois lui faire de la place. C’est probablement pour cette raison que je suis un peu amnésique face à l’ensemble de ma production.

♦ En un mot, la peinture pour toi :

Enigmatique

♦ Ce qui t’émeut le plus chez un modèle?

Quand il laisse tomber ses armes. Quand il arrête de poser et de jouer. C’est à ce moment là que je me sens privilégiée et que je commence à créer.

♦ Ton groupe du moment est Cocorosie : Ton morceau favoris? 

♦ Le regard est très important dans tes tableaux, tantôt lumineux parfois noirci. Quelle place a le regard des autres dans ta vie d’artiste?

Je suis très peu exposée aux regards des autres sur mon travail puisque la plupart de mes tableaux sont envoyés dans les galeries peu de temps après que je les ai terminés. Je ne vois généralement pas la réaction des gens. Je crois que cette situation me convient ; ça me permet de ne pas tomber dans l’autocensure.

♦ Les portraits ont souvent une pose ou un regard vulnérable, que représente la vulnérabilité pour toi?

La beauté et le danger.

♦ La musique fait aussi partie de ta vie, comment ces deux arts cohabitent-ils ? Ou sont-ils plutôt dissociés l’uns de l’autre?

Je ne me suis jamais dit que j’allais devenir peintre ou musicienne. Je crois que j’ai utilisé les moyens que j’avais pour tenter de communiquer quelque chose d’intense et de vrai aux gens. Derrière la peinture ou la musique, il y a cette même volonté de comprendre l’être humain et de le magnifier.

Le groupe de musique  » Hotel Morphée » dans lequel Laurence joue du violon et chante : ici 

♦ Un artiste que tu admires?

Sophie Calle : Artiste plasticienne, photographe, écrivaine et réalisatrice française, née à Paris le 9 octobre 1953. Depuis plus de trente ans, son travail d’artiste consiste à faire de sa vie, notamment les moments les plus intimes, son œuvre en utilisant tous les supports possibles (livres, photos, vidéos, films, performances, etc.) (Def. de Wikipedia)


♦ Un souvenir d’enfance qui t’a marqué ?

J’étais assise à la table de cuisine pour faire une reproduction d’une photo d’Einstein au crayon de plomb. Ma mère qui épluchait ses carottes est passée derrière moi et m’a dit : regarde c’est facile, sépare l’image en sections selon les différents tons, oublie les traits, il n’y a que des formes qui s’agencent en un tout. Ma mère est enseignante en art. Ma technique est encore basée sur ce principe aujourd’hui.

♦ L’aspect presque clérical omniprésent dans ton œuvre (on a parfois l’impression que les sujets sont de cire, leurs poses, la lumière tamisée ou encore la composition des couleurs souvent monochromes ). La religion a-t-elle une importance particulière pour toi?

Très jeune, ma grand-mère m’amenait à l’église. Je détestais ça. Il y avait cette magnification de l’homme en images et en sculptures qui me fascinait et qui me terrifiait à la fois. Moi le petit jésus, je le trouvais sexy et puis déjà je commençais à me sentir coupable! Je crois que j’essaie encore de comprendre aujourd’hui le côté tordu du catholicisme et de représenter dans mon travail, les pulsions contradictoires qu’a entraînée chez moi la religion.

♦ Les oeuvres en photos

Site web de l’artiste : ici et ici

Se les procurer  : ici 

Trois

La Bette III

LaurenceVI

*Merci Laurence pour la générosité dans tes réponses et pour ton temps *

COup de cOeur Artistique – NAJA CONRAD-HANSEN

J’AdOre pour : La déconstruction. Les couleurs. Les sujets.L’originalité des pièces.L’excentrisme des oeuvres.

Je suis tombée coeur à coeur avec le site et les pièces de cette artiste multidisciplinaire Danoise et directrice artistique. Naja Conrad-Hansen ou l’art aiguisé non seulement pour l’ illustration (de mode en grande partie) mais aussi pour la peinture, le collage ou encore la photo.

A consommer sans modération. 

Collaboration Louis Vuitton 

COups de fOudre 

Son site web ici

Ou acheter

http://artypeople.se/?wpsc-product=is-it-dark-yet

http://www.petiteposte.com/petiteposte/artist.35/?page=1


Yunus Chkirate : Le corps en émulsion

Découverte pigmentée et inspirante lors du premier vernissage de Yunus Chkirate, dans le superbe loft de Michael Banks.

PORTRAIT OF A TWISTED HEART, 2011
mixed media on canvas, private collection
36 X 30″ (91.4 X 76.2cm)

Entrevue à fleur de peau:

Quand as-tu découvert ta passion pour la peinture?

J’ai toujours eu  un sens créatif et artistique et ai toujours été attiré vers l’art…la question était vraiment de trouver le médium dans lequel je pouvais m’exprimer.
J’ai toujours dessiné, mais me suis dirigé professionnellement vers la  mode en premier lieu.  C’est là que j’ai appris à développer le sens de l’esthétique et la dynamique des couleurs.

Par contre, je ressentais une certaine limite d’expression dans l’industrie,  je détestais cela. J’adore l’idée de l’éventail de possibilités sans fin ni barrière.
L’art est  aussi devenu une sorte de thérapie, j’ai vite compris comment transférer mes sentiments et émotions « dans » le tableau, faisant de celui-ci art une sorte de baume.

LONELY GEISHA, 2011
mixed media on canvas, private collection
36 X 36″ (91.4 x 91.4 cm)

♦  Quels étaient tes premiers sujets? Pourquoi?

De mes débuts à aujourd’hui , j’ai toujours été vraiment captivé par les visages et les expressions. Ou que je me trouve,  j’observe les gens et leurs réactions.

Le petit changement qu’apporte un sourire ou un ombrage sur un visage peuvent invoquer tellement de sentiments en moi et créer une sorte de connexion avec les autres qui m’allume.

Parfois,  j’utilise aussi une référence que je modifie pour créer mon propre concept. Je préfère par contre de loin utiliser des images originales, surtout lorsque je connais le sujet, car je peux vraiment faire ressortir  dans le tableau, mon interprétion de la personne.

PINK PAUSE, 2010
mixed media on canvas, private collection
48 X 36″ (121.9 x 91.4 cm)

♦  En un mot qu’évoque pour toi:

Le bleu : LE FROID

Le mauve: LE MYSTERE

Le orange: LE PASSE

Le Noir: LE NECESSAIRE

Le blanc: LA LUMIERE

L’or : L’ENDURANCE

GIRL ON THE FRINGE. 2010
mixed media on canvas, private collection
48 X 36″ (121.9 x 91.4 cm)

♦  Quelque chose qui t’émeut au plus haut point?

Hmm…Je pense que je pourrais écrire une très longue liste en réponse à cette question.  Je suis passionné par tellement de choses.
Quelques unes qui reviennent souvent dans mes portraits :  les différents sentiments que l’on ressent dans notre vie, comme l’amour, la solitude, le désir…

Comme  je peins sous  impulsion (toujours un peu comme une réaction), je crois que se sont plusieurs facteurs qui m’amènent à faire un tableau.

WILD STARE, 2010
mixed media on canvas, private collection
48 X 36″ (121.9 x 91.4 cm)

♦  La couleur avec laquelle tu aimes le plus travailler?

Cadmium ROUGE. Je suis complètement obsedé par l’impact que le rouge offre dans une toile. C’est une couleur qui représente pour moi  la passion…

Je l’achète compulsivement : j’ai peur de finir mon stock.

RED PASSION 2010
mixed media on canvas, private collection
40 x 30″ (101.6 x 76.2 cm)

♦  Une chanson qui te touche


Credits Photos : eyeCatchLight Photography

Quelques photos du vernissage:


Credits Photos : Marie-Laure Roux

Contacts

♦ Site web: http://www.yunuschkirate.com/

♦ Achat :

Kat Coric : 514 924 4527
agent@yunuschkirate.com


Lori Early

Coup de coeur J’AdOre! made in London

Parceque c’est simplement beau: les couleurs, les histoires quasi oniriques qu’on peut lire dans les yeux des sujets et la douceur qui se dégage même des pièces un peu plus sombres.

Cover de FRUSTOSE MAGAZINE

Et aussi pour le magnifique site web : http://www.loriearley.com/home/

Enjoy!

Ouverture de la nouvelle Galerie Yves Laroche

L’art et rien que l’art, nous avons l’art pour ne point mourir de la vérité

Friedrich Nietzsche

Cela faisait déjà quelques mois que nous savions que la Galerie Yves Laroche déménageait, quelques mois que nous attendions impatiemment l’adresse du nouvel espace et surveillions le site internet à l’affut d’un détail, un indice ou encore une photo ou autres éléments nous permettant d’épier un peu le travail en cours…

C’est mercredi qu’avait ENFIN lieu LE grand dévoilement ….  &   quel dévoilement!

♦ Découverte de 9000 (oui 9000!) pieds carrés de pièces toutes aussi créatives et flyées les unes que les autres

♦ Dévoilement de l’exposition Daniel Martin Diaz, Sacred Machine la première exposition solo au Canada de l’artiste & Looking East, une exposition collective multidisciplinaire organisée par le commissaire invité Justin Giarla (San Francisco, États-Unis) propriétaire de la galerie White Walls / Shooting Gallery

♦ Prestation live du trio de DJ Le Matos (géniale!)

♦ Découverte Fashion du moment, la galerie mode TRUSST et ses créateurs : Andrew Ly & Melissa Mato

♦ L’after party gouteux & Fashion au bistro Apollo (de l’autre coté de la rue)

Reportage en photos prises by me avec la toute dernière née de Fuji (HS 10)


TRUSST

Quelques invités & StreetSyle



Autres artistes de renommée internationale  à la Galerie

Kevin Cyr, Greg Gossel, Aaron Nagel, Morgan Slade, Mike Shine, A J Fozik, Shepard Fairey, Clayton Brothers, Hush et Ron English, entres autres.

Nouvel emplacement

6355 St-Laurent Montréal




Lorsqu’un portrait vaut mille mots

Une photographie, c’est l’arret du coeur d’une fraction de seconde  Pierre Movila

J’AdOre la photo.

J’AdOre en fait une photo qui  parle et qui raconte une histoire.

J’AdOre une photo qui trahi, une photo qui sonde mais aussi qui frappe et vient chercher chez moi des sentiments profonds.

Une photo qui me réveille et me sort du quotidien le temps d’une expérience visuelle différente et artistique.

Le portrait, tout particulièrement englobe d’après moi, tout ce que j’aime voir et ressentir lorsque je m’arrête sur un album.

Portrait d’une photographe que j’aime, tout simplement – Heidi Slimane – (Photos tirées de son site web)

♦ FASHION DIARY

♦ HEIDI SLIMANE DIARY

♦ PORTRAIT JEUNE PHOTOGRAPHE – LA RELEVE

Je ne peux m’empêcher de terminer ce billet en postant quelques photos prises par ma sœur Marie-Laure.

En fait, c’est en regardant son plus récent album que m’est venue l’idée d’un billet photo ce matin.

J’admire son œil jeune et rafraichissant, son goût du beau et surtout sa persévérance à shooter avec passion et avec son matériel de novice, les personnages qui la touchent, les scènes de la vie de tous les jours qui l’éblouissent & les petits détails qui sont parfois ses plus beaux sujets.

Bonne continuation M-L !

♦ Infos & Contact

HS:

http://twitter.com/hedislimanetwit

www.hedislimane.com

M-L R

http://let-it-looose.skyrock.com/

Meet the LOUFOVSKY

Ce que j’ ai commencé à voir c ‘était une grande demeure, et un grand couloir. Et sur les murs de ce grand couloir tous les portraits de cette famille surréaliste.
Imposants mais touchants, fiers mais fragiles.

 Un artiste pas comme les autres et une expo qui m’a transportée dans un autre monde.

Hier, j’ai voyagé et visité, le temps d’un vernissage,  le manoir des  Loufovsky.

L’instant  d’un tour de scène,  j’ai aussi et surtout été émerveillée par les portraits d’une famille morbidement belle & surréaliste.

Entrevue entre rêve et réalité  avec Varial ,  l’artiste derrière les portraits.

♦  Comment t’es venue l’idée d’une telle exposition?

Au départ les deux galeries partenaires voulaient exposer mon projet de clowns. J ‘ai proposé de créer quelque chose de nouveau pour cette occasion de première exposition solo.

♦ Comment s’est dévellopé le concept, quelles ont été tes influences ?

Je suis un portraitiste, un peu spécial certes mais j aime les gens, les visages, les expressions..la dynamique qui se crée avec un modèle pendant la séance de portrait, j’adore ce processus.

Beaucoup de mes projets personnels sont orientés autour des visages, le tout dans un esprit surréaliste, ou monde parallèle.
Alors déjà au mois de novembre des les premières discussions avec les galeries et l ‘excentris, je savais que je voulais encore faire du portrait.
Quand je crée, je ne sais pas ou je m’en vais, car j’expérimente tout au long du processus.

L’ idée s’ est enrichie au fur et à mesure. Évidemment le concept famille est très rassembleur quand tu présentes une série de portraits. Mais la ça prenait tout son sens.
Ce que j’ ai commencé à voir c ‘était une grande demeure, et un grand couloir. Et sur les murs de ce grand couloir tous les portraits de cette famille surréaliste.
Imposants mais touchants, fiers mais fragiles.
D’ou les cadres, car ils font partie intégrale de la pièce finale.

♦ Entre toile et photographie ton ♥ balance?

C’est plus qu’une toile ou un travail photographique, c’est pour moi un objet qui témoigne d’un temps improbable, des époques imaginaires et des histoires.

♦ Les Loufovsky….

J’aime raconter des histoires,  et cette fois ci c’est celle des Loufovsky. Ils sont vivants ert réels malgré leur improbabilité.

Loufovsky parceque loufoques ( euh fallait pas le dire peut-etre haha)

Petite histoire derrière la famille L & toutes les toiles en photos ici.

♦ En quelques mots : la technique utilisée ?

La technique est une notion très large pour moi.
Elle englobe autant les outils dont on se sert, la maitrise que l’on développe, mais aussi et surtout l’angle d’approche que l’on prend.  Où je me place, dans le processus de création.
Ma vraie technique c’est toujours celle d’explorer et de jouer avec les outils à disposition, de chercher aussi à les amener autre part, de se servir des choses avec un angle différent.

Transposer. Technique = Approche

 Je viens de photoshop que j ai découvert en 98, et je me suis tout de suite acheté une tablette graphique, parce que je faisais beaucoup de dessin. J’aurai aimé être un peintre, mais n’avais ni le talent et ni la patience…et pourtant, aujourd’hui il m’en faut beaucoup devant l’ordi ! La photographie a été depuis le début ma base de travail, sans être pour autant un photographe de studio, ce qui s ‘est fait petit à petit.

♦ L’atmosphère et la morbide beauté des pièces nous rappellent un peu l’univers de Coraline entre autres, mais aussi les films du grand Tim Burton. Ce genre t’a t-il influencé? Quels sont les  genres cinématographiques que tu apprécies?

Ma culture visuelle est d’abord celle de la peinture surréaliste, de l’illustration et du dessin, je parle de ma jeunesse la , vers les 20 ans j’ai élargi mes horizons vers la photographie.
Mais nous avons tous des affinités plus ou moins fortes avec tel ou tel genre, et j’avoue que j’aime le futuriste classique.  Des films comme Brazil ou Blade runner sont de vraies références, pour leur direction artistique, leurs décors ( qui sont des peintures, les premiers matte paintings de grande qualité) ou des artistes comme Bilal ou Moebius en dessin et Dali évidemment en peinture.
Quant à Tim Burton, c’est un créateur d’exception, et être associé à son nom est un grand honneur, j’aime tout de Tim Burton. Comment ne pas aimer en même temps…
Et ce qui est très drôle, c’ est que je me suis efforcé de ne pas faire du Tim Burton.
Pas facile hein !

♦ Projets futurs?

Travailler avec Tim Burton ? hahaha…Imagine !J’ai toujours plein de projets personnels en cours.
Aujourd ‘hui j ‘ai un agent et une galerie d’exception,  l’eXcentris,  à ma disposition,  puisque mon agent reprend la galerie de l’eXcentris.
Alors le futur proche c’est de continuer à faire la vente du projet Loufovsky, de voir ou je peux l’amener.  L’exposition est là pour un mois, c’ est maintenant que ca commence je te dirai….
Puis d’ici quelques mois présenter à l’ eXcentris une nouvelle exposition, totalement différente, c’est un projet de paysages, surréalistes, que j ai commencé il y a un an….

Sinon je continue à travailler pour le milieu culturel, affiches, pochettes d’album,  web, video, stopmotion, publicité aussi….
J’essaye de garder un équilibre financier qui me permet d’investir de ma poche et de mon temps dans des commandes créatives et artistiques et des projets personnels en faisant du travail plus commercial en parallèle.
Pour moi le commercial c’est aimer rendre service par ses compétences et son professionnalisme.
Le reste c’est se faire plaisir et faire plaisir aux autres dans la création.
Voyages, musique, images, amis…tout ca en même temps serait un monde idéal.
 

♦ Toiles série précédente : Clowns

MERCI Varial d’avoir consacré du temps à cette entrevue, je te souhaite tout le succès que tu mérites! Vive la différence!

Liens

La mort vous va si bien et Zïlon aussi.

 

C’est comme un couteau planté dans la gorge. Fret. Sec. Shlack. Parfois, il est difficile de continuer à respirer. La peinture chez Zïlon, c’est la respiration. »

Wajdi Mouawad – Extrait de la Respiration NécessairePréface de  » Zïlon« (2002) produit par la Gallerie Yves laroche.

Voilà : Cela fait trop longtemps que je veux faire un post Zïlon.  Je ne m’essouflerai pas à vous présenter son background, ses influences, sa biographie ou son groupe rock Heavy Metal favori (« Googlez » si le ♥ vous en dit) , mais plutôt ma vision de l’artiste et comment ses oeuvres sont venues jusqu’à moi.

Court métrage en images d’un coup de foudre artistique foudroyant.

Episode 1 : L’éclair – Collaboration au feutre noir dans le deuxième Magazine Dress to KIll (si ma mémoire est bonne)

Episode 2 : Destin – Un ami – la semaine d’après – me parle d’un artiste qu ‘il aime beaucoup et de la Galerie Yves Laroche

Episode 3The Need– 2 sérigraphies plus tard… Zïlon encense et le loft avec Rose, c’est la vie et le Mirroir d’acier (je n’ai pas trouvé les photos de ces 2 oeuvres sur le net, à défaut de mettre une de mon salon , en voici quelques unes je j’aime particulièrement)

Zilon_01

Untitled 4 - Untitled 4 , Charcoal, 24x18

 

Episode 4Rencontres étoilées dans le ciel bleuté de la métrople –  Amoral. Spectral. Phosphorescent. Charnel.Virtuose.

Sensualité de nuit

Cash girl

Blues Ville - Blues Ville , Acrylic on canvas 36x36”

Neverending story : Tellement de belles collaborations en 2009. Plus bas, celles que J’AdOre!

PROJET  » VITRINE sur ZÏLON & Lancement Kill OGILVY  » zïlon

Peinture en direct 2009

« Il aime la vie très fort, Zïlon, et entre douleur et beauté, extase et désarroi, c’est justement de la vie très vivante que ses toiles parlent. » Nathalie Guimond, Chroniques urbaines dans le Voir

Want more?

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fzilonvillefroide.com%2F&h=12d6c2179b59edda4333fcf60653bb58
http://zilonsonic.com
http://www.yveslaroche.com/fr/zilon

http://zilonvillefroide.com/

http://www.yveslaroche.com/fr/exhibits_current.php?id=13


Dans l’antre Botello

Découverte photographe: Botello & la direction artistisque du photoshoot : ONYX
 
ONYX
 
 ONYX
 
ONYX
 
ONYX
 
ONYX
 
Models
Anna K , Dulcedo
Micahel Leblanc, Dulcedo 
 
  
 Stylist & hair
Emanuel Botello
 
 Retouching  
Botello
 
MUA & assistant styling and hair
Tanya Stasilowicz
 
 Photographer
Guy Chan
 
Artistic direction
Botello
 
 ENTREVUE Mots  – Dans l’Antre Botello
  
 Que font vivre chez toi les mots suivants:  
  
MORT: La Condition
 
NOIR: Pure addiction problématique et fatiguante
 
AME: La mienne est muse
 
LUMIERE: δόγμα *Dogme
 
CORPS: Condiment indispensable de toute beauté
 
ART: D.I.Y
 
 Pourquoi un cimetière, que représente cet endroit pour toi?
C’est l’excitante folie du combat entre la magie et la foi

Botello  dans 5 ans ?
Dans la nouvelle république de l’esprit qui sera la plus à la mode. Espérons qu’elle reste Londres

Une autre passion?
Mon petit carnet à dessins & poèmes, le dandysme, Rabelais, ainsi que les gracieuses mélancolies et nobles désespoirs qui m’aliment
 

♦ Belle autre collaboration avec le magazine NightLife

 
NightLife
 
 
NightLife
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
NightLife 
 
Photographer Botello
 
Models, style, hair and make-up T’N’T Creative (Thalia Devine and Tanya Stasilowicz)
 
Pour contacter le photographe ou voir la série complète ONYX et ses photoshoots :
 
e.botello@hotmail.fr
http://www.facebook.com/ebotello
 
Merci Emanuel !
 
Botello
 
 
 

Art de rue Made in Montréal

Exubérants.Colorés.Oniriques.Omniprésents.

Alors que la VDM se démène pour essayer de nettoyer la ville des 1000 & 1 graffitis « illégaux » qui tapissent les murs (souvent neufs) de la métropole, certains commerces eux, s’offrent de l’art en canne comme devanture ou encore  comme  « side wall ». .. Entre « l’illégalité »  et le « sur commande » mon coeur balance…

Un mur coloré dans ruelle encrassée, une affiche sérigraphiée et apposée sur la devanture d’un commerce désaffecté (ou pas), un visage ombragé & multicolore peint sur un trottoir, un oiseau suspendu sur l’ombre d’un lampadaire : on dirait que la métropole devient peu à peu le canevas et l’habitat de milliers de personnages tous aussi colorés les uns que les autres…

Mode? Etat d’esprit? Sacrilège? Liberté d’expression?… M’enfin… Moi J’AdOre! Surtout lorsqu’ils interpellent.

Quelques graffitis et artistes de rue (mes préférés) que l’on croise souvent dans la métropole:

Omen – Représenté par la Gallerie Yves Laroche pour ses visages et portraits aux grands traits souples et ombragés

House of Paint Piece

Other Torontois d’origine et Montréalais d’adoption – pour ces coups de « crayon » détaillés, multicolores et ses facons « collage ».Douse

RoadsworthJ’AdOre! Imagination fertile, transformations & utilisations géniales des espaces urbains (on ne le voit plus trop mais il a marqué bien plus que les rues il y a quelques années – jusqu’à être détenu en prison … passsion artistique quand tu nous tiens…)


White footprint

Life Support System

Vultures


Méli-Mélo urbain – Si vous reconnaissez les z’artistes, faites-moi signe ou envoyez moi leur lien web.

Scary!Prince Arthur Usine C Mile EndRouge Nail Bar

 

Merci M-L pour les photos du Méli Mélo.♥

 

Simon Normand – Photographe

 

 

Ingénieux.Talentueux.Vif.Avant gardiste.Passionné.

Simon Normand

Simon Normand, photographe, jongle avec de multiples talents et invite sans cesse son art à la mutation.

Entrevue « mots » avec un artiste sensoriel et passionné … de tout.

En quelques mots, que fait (font) vivre chez toi :

L’instant présent? Au moment même où j’y pense, il est déjà passé!

La couleur et les formes? Une source inépuisable d’inspiration

Le corps ? Une merveille

L’étranger ? La curiosité

Le travail? Une toile que l’on tisse sans arrêt

Les mots? Une richesse et un luxe exquis lorsqu’on sait les utiliser

L’amitié? Une chance

L’hypocrisie? Un bien regrettable choix pour ceux qui s’y aventurent.

Ta définition de la beauté? La beauté réside dans le fait de la voir où elle se trouve et de savoir l’apprécier et de la partager. Peu importe ce que c’est

Ton sujet idéal ? La femme

Une utopie? Voyager dans le temps

Un cauchemard? Me lever tôt le matin

Un regret? Aucun

Un artiste qui t’inspire? Jean-Paul Goude


Dans 5 ans :

J’espère grandement avoir su mettre en lumière le talent et la créativité de créateurs de mode, d’avoir fait et de faire honneur aux magazines d’ici et d’ailleurs en partageant ma vision de la mode et de la beauté.  De bien communiquer les messages de mes clients et de répondre avec brio à leurs attentes. Comme je pratique également le portrait, d’être toujours actif à ce niveau, en plus de la mode. Toujours être animé par cette énergie et cette excitation qui me pousse à aller plus loin…

J’AdOre : www.simonnormand.com – Surveillez les mises à jour!

NICOLEBYSIMONNORMAND

begraceful

ladecouverte

Découverte Art : Jon Todd

Détails.Couleurs.Précision.Excentricité.

J’AdOre et attends avec impatience la prochaine exposition à la gallerie Yves Laroche.

Note « spécial coup de coeur » aux keep Calm  Carry On (je les veux TOUS!).

♣ Scoop/News  : Jon Todd & Kestin Cornwall s’associent pour la création d’une collection de tee-shirts : ART IS LIFE / MR. SMILEE EDITION disponibles au magasin Adrenaline Tattoo de Toronto et en ligne au http://www.ellipticclothing.com/

Preview: Jon Todd Kimono Black / Fuchsia Mint Crown

Jon Todd Kimono Black / Fuchsia Mint Crown

Pour plus d’info sur l’artiste et son art:

http://www.jontodd.ca/

http://jontoddart.blogspot.com/

Jon Todd  Bombshell , Technique mixte sur bois, 23"x14"

Jon Todd Bombshell , Technique mixte sur bois, 23"x14"

El Ray Del Craneo

El Ray Del CraneKeep Calm Carry OnBombshell , Technique mixte sur bois, 23"x14"

Photo by Caitlin Free-Photos de Galerie d'art Yves Laroche - Babylon - Jon Todd & Martin Wittfooth

Photo by Caitlin Free-Photos de Galerie d'art Yves Laroche - Babylon - Jon Todd & Martin Wittfooth

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :